26 mai 2015

Alchema Spectra de David Walker



Deux ans après son solo show inaugural du nouvel espace de la galerie Mathgoth, David Walker est de retour en France avec « Alchema Spectra ». Une exposition à découvrir du 5 juin au 4 juillet 2015.

Le titre « Alchema Spectra » est une référence à la nature expérimentale du processus de David Walker et à l'utilisation qu'il a de la couleur.
« Quand je commence un portrait, je pars simplement d’une photo. Je choisis la palette au fil de la toile. Au fur et à mesure, certaines couleurs apparaissent comme une évidence. Je ne fais pas de croquis. Tout est réalisé directement, sans filet. Il n'y a pas de tricherie, tout est un sur la toile, jusqu'aux traces de luttes. Si dés le départ je savais où cette peinture va m’emmener, je ne la commencerais pas.».

Les changements sont notables dans cette nouvelle série de toiles. Le mouvement est toujours présent sur chacun des portraits mais d'une façon moins sporadique que par le passé. Chaque œuvre a sa propre approche directionnelle ; chacune son propre flux. David Walker n’a pas changé de medium, mais il en a expérimenté l’utilisation. L’aérosol est toujours roi et David cherche à nous en faire découvrir les nuances. Le sentiment de mouvement est rendu possible par l'utilisation d'une peinture plus volatile et plus liquide que par le passé.

L'artiste a conjugué cette évolution visuelle avec ses propres fondamentaux techniques, comme par exemple la frénétique énergie dont il fait preuve lorsqu'il perce ses bombes aérosols pour peindre directement la toile avec le jet incontrôlable qui s'en échappe, apportant un risque indéniable au processus.

Cette évolution marque un tournant dans le travail de l’artiste, un « nouveau langage pour le portrait contemporain ».

-------------

Infos pratiques :
ALCHEMA SPECTRA
Galerie MathGoth
34, rue Hélène Brion - 75013 Paris
Du 5 juin au 4 juillet 2015
Du mercredi au samedi de 14 à 19 heures
Vernissage en présence de l’artiste le 5 juin à partir de 18 heures


25 mai 2015

A bon port!



Parties de Berlin hier, les toiles de David Walker sont arrivées ce matin à la galerie.

L'exposition "Alchema Spectra" se présente sous les meilleurs hospices.





Infos pratiques :
ALCHEMA SPECTRA
Galerie MathGoth
34, rue Hélène Brion - 75013 Paris
Du 5 juin au 4 juillet 2015
Du mercredi au samedi de 14 à 19 heures
Vernissage en présence de l’artiste le 5 juin à partir de 18 heures

23 mai 2015

Cope2 en toute légalité.

La station de métro "191st Street" est la plus profonde de tout le réseau new-yorkais. Elle est notamment desservie par un interminable tunnel de plus de 200 mètres de long, respirant bon la monotonie.


C'est pourquoi le New York City Department of Transportation (DOT) a décidé d'apporter un peu de couleurs dans le quotidien de ses usagers. Un appel à candidature a été lancé auquel 158 artistes ont répondu. Le ministère des transports a retenu 6 d'entre eux : Queen Andrea, Cekis, Nick Kuzsyk, Jessie Unterhalter, Katey Truhn et... Cope2. 


Les fresques ont été réalisées du 11 au 19 mai dernier.





Qui aurait pu imaginer que Cope2, un des plus gros cartonneur de trains de toute l'histoire des Etats-Unis, collaborerait un jour avec le New York City Transit Authority ?

15 mai 2015

Enfin !

Gérard Zlotykamien rejoint les plus grands. Le père de l'art urbain vient de rejoindre la collection permanente du musée parisien La Pinacothèque.



Zloty a fêté son 75ème le 19 avril dernier.
Désormais, il côtoie Picasso, Raysse, Rouault, Modigliani et bien d'autres.
Un peu plus, on pourrait croire aux prémices d'une reconnaissance officielle.
Il était temps, non?


"Ephémère" (1978)
Acrylique sur toile de jute
130 x 97 cm

25 mars 2015

David Walker pour "Memorie Urbane"

Avec 40 artistes répartis sur 9 villes, 4 provinces et 2 régions, le festival URBANE MEOMRIE est le plus important d'Italie.



Cette année encore, de grands noms ont répondu à l'invitation : Ella & Pitr, Jana & Js, BToy, Daleast ou David Walker. L'artiste britannique a réalisé "The Final", une peinture de 8 mètres de haut à Terracina, une station balnéaire de 45.000 habitants située sur les bords de la mer Tyrrhénienne.







Une fois la fresque achevée, David Walker a regagné son atelier berlinois où il travaille depuis plusieurs semaines déjà sur sa prochaine exposition solo. Celle-ci s'intitulera "ALCHEMA SPECTRA" et se débutera à la galerie Mathgoth le 5 juin 2015.

24 mars 2015

Petit écran

L'exposition SYNERGY à la une des chaines nationales.
Sur CANAL+, dans La Nouvelle Edition du 17 mars 2015 et sur France2 la semaine suivante, dans l'émission Télé Matin.





5 janvier 2015

'Sans Titre'



La galerie Mathgoth la joue collectif, en accueillant du 16 janvier au 12 février 2015, des artistes venus des 4 coins du monde.

Quoi de mieux pour débuter l'année qu'un festival de couleurs, de techniques et de la diversité ?
Ils seront huit à s'approprier les murs de la galerie Mathgoth. Huit artistes issus d'univers et d'origines totalement différents pour un résultat particulièrement flamboyant.

Après avoir beaucoup voyagé, MADEMOISELLE MAURICE a posé ses valises à Paris. C'est là, au milieu de la grisaille urbaine qu'elle crée ses œuvres colorées. De ses petits origamis et de ses bouts de ficelles naissent des créations ouvertement positives, et revendicatives, émane un carrousel d’émotion où chacun trouve écho à sa propre sensibilité.



Ça fait maintenant 10 ans que Jamin (Hera) et Falk (Akut) œuvrent à 4 mains sous le pseudo de HERAKUT. Le duo germanique concilie les techniques académiques qu'ils ont chacun étudiées avec celles du graffiti par lesquelles ils ont débuté dans les années 90. Le mélange du style cru de Héra avec l’hyperréalisme de Akut fonctionne à merveille, autant sur toiles, sur papier que sur une fresque de 50 mètres de long.

Les Iraniens ICY & SOT vivent aujourd'hui à Brooklyn. Les deux frangins ne supportaient plus la répression et ont préféré fuir leur pays natal. Pour autant, ils continuent à utiliser leur art pour dénoncer ou mettre en lumière ce qui les ébranle ou les réjouit. Que ce soit la guerre, la joie, la beauté ou l'injustice, avec eux deux, tout peut devenir une œuvre d'art.

Issu de la culture skateboard canadienne, en un peu plus de 15 ans LABRONA est devenu un des street-artists les plus importants de son pays. Ancien élève des Beaux-Arts, il aime associer l'histoire de l'art et les  friches urbaines ou les wagons de marchandises. Proches des icônes religieuses ou des arts primitifs, ses portraits sont instantanément identifiables : «l’expression faciale permet d’infinies nuances, c’est un bon moyen de passer des messages et des émotions ».

Franco-Hongrois né au Chili, MAMBO vit aujourd'hui en Californie. C'est probablement toute cette diversité qui fait de lui un artiste hors du commun ; une sorte de cocktail au goût agréable et unique dont on ne saurait citer un seul de ses ingrédients. Le travail de MAMBO est beau, simple et juste. Bref, le travail de MAMBO est indispensable.


Les toiles du Danois MORTEN ANDERSEN font penser à de véritables feux d'artifices aquatiques, la superposition de couches par transparence offre une originalité esthétique et technique. Basé sur l'énergie, son travail dynamique offre des couleurs vives et puissantes. MORTEN ANDERSEN est un des artistes les plus influents du mouvement Graffuturisme.

Si la National Gallery of Australia a récemment acquis des œuvres de REKA, ce n'est pas dû au hasard mais certainement au fait qu'il est désormais un des artistes majeurs de la plus grande île du monde. Influencé par les cartoons, la culture Pop et les illustrations de tous bords, le travail du jeune graffeur a considérablement évolué au fil des ans et semble même parfois, faire écho à l'art aborigène.


Adepte du spray, de l'acrylique et de la scie sauteuse, les expérimentations graphiques amènent l’artiste parisien SWIZ à développer un style classé «Futuriste». Son travail en atelier renforce son goût prononcé pour l’écriture, c’est en se séparant des contours que SWIZ décide de déshabiller les lettres de leurs «effets de style» pour revenir à la simplicité des lettres initiales. Les lettres deviennent des formes qui se divisent, se chevauchent, comme démultipliées pas une boule à facettes.


Infos pratiques :
SANS TITRE
Galerie MathGoth 
34, rue Hélène Brion - 75013 Paris
Du 16 janvier au 12 février 2015
Du mercredi au samedi de 14 à 19 heures
Vernissage en présence des artistes le 16 janvier à partir de 18 heures